Whisky in the Church

La Haye, 2007

Voir les photos

Voir le reportage des Passionnés du Malt

Ce vendredi 31 août 2007, nous sommes arrivés, Christophe, ma petite famille et moi le vendredi soir en voiture avec quelques flacons, beaucoup de samples destinés aussi bien aux échanges qu'au blind tasting Whisky-distilleries 2007. Jean-Marie, accompagné des deux Patrick suisses (Patgva et corbuso), nous récupère pour nous remettre la clé et nous mener au bungalow où nous devions séjourner. Le temps était alors à une petite bruine qui a très vite cessé et le reste du séjour s'est déroulé sous un soleil radieux avec un zéphyr juste suffisant pour nous rafraîchir.

Au programme : Dégustation dans la cave van Zuylen samedi fin d'après-midi après la fermeture et Whisky in the church dimanche après-midi. Et des dégustations off en prime.

Tout de suite après la prise de possession des lieux, les hostilités démarrent : Petite première dégustation off, : Glenlossie 20 ans Cadenhead, Glenfarclas 40 ans Whiskyfair et son grand frère, le 41 ans du même embouteilleur. Incroyablement différents mais avec tellement de similitudes... Superbe mise en bouche. Pendant ce temps, corbuso essayait de remettre un peu d'ordre dans ses samples dont certaines étiquettes avait été effacées à cause d'une fuite. Nous décidons de nous arrêter ici, le voyage nous ayant quelque peu sonné et souhaitant en garder un peu pour la suite des événements… Premiers samples

Le matin du samedi, réveil en fanfare avec le PDA de Patgva qu'il m'avait prêté en guise de réveil-matin (6h30) pour aller chercher nos amis toulousains à l'aéroport. Curieux appareil, d'ailleurs que ce PDA : il a sonné toutes les trois minutes pendant deux heures avant que nous ne trouvions, JM, son fils et moi, le moyen de l'arrêter… Les technologies sont utiles lorsqu'elles sont maîtrisées et c'était manifestement loin d'être notre cas devant cet appareil. Nous récupérons donc Antoine, Jean-Michel, Robert31 et M. le Comte peyronel à l'aéroport d'Amsterdam pour les ramener aux bungalows. Petit déjeuner et début d'exposition des samples du blind tasting sur la table du salon. La maréchaussée en action

Nous partons tous déjeuner dans un restaurant typiquement néerlandais : une pizzeria où nous continuons à manifester notre étonnement devant cette langue de barbare qu'est le néerlandais. Enfin, nous arrivons tant bien que mal à nous faire comprendre dans un anglais de cuisine mâtiné d'allemand, de français, de…

Pendant ce temps, JM était parti chercher les Parisiens à la gare et nous nous retrouvons tous aux bungalows pour aller faire un tour du côté de van Zuylen, de l'église où se tiendrait le Whisky in the Church. Nous y allons pédestrement et nous tombons en extase devant la vitrine de van Zuylen. L'heure de la dégustation n'étant pas encore arrivée nous allons faire un tour du côté de l'église où aurait lieu la dégustation du lendemain et jeter un œil sur un symbole local, un moulin à vent, accompagné d'une sculpture moderne : un cadran solaire indiquant les heures ( les directions ?) de diverses possessions coloniales néerlandaises. L'heure approchant, nous retournons sur nos pas et commençons à investir le magasin de van Zuylen.

Nous découvrons alors ce fameux caviste, d'une gentillesse, d'un enthousiasme, d'un professionnalisme et d'un sourire à toute épreuve. Le terme investir est peut-être un peu faible tant nous avons exploré, détaillé, inspecté, sondé les rayons, les vitrines, les descentes, les étagères et même son sous-sol, tant nous avons abusé de ses conseils ! M. van Zuylen avait décidé de nous proposer à la dégustation 6 whiskies :

La dégustation se déroule dans un ambiance bon enfant, M. van Zuylen, en hôte parfait faisant le tour des participants, nous offrant des canapés… La visite a continué dans la cave où nous avons un petit aperçu des trésors "secrets". Négligemment posée au milieu d'un amoncellement de cartons de whiskies, une caisse de Rosebank 20 ans RM, ou dans un panière au dessus de nos têtes le Glen Garioch 75-90, First for us. Les achats se décantent : Bouteilles et espèces changent de mains. M. van Zuylen est presque obligé de nous pousser dehors tant nous apprécions les lieux et leur hôte.

Nous dînons dans un restaurant du front de mer, à deux pas des bungalows.

De retour aux bungalows, les moins fatigués se réunissent pour continuer en dégustation off. Vincent et Benoît, Antoine et Jean-Michel, les deux Patrick, Christophe et moi-même poursuivons la dégustations jusque vers 1h30 du matin. Nous goûtons environ une vingtaine de samples : du bon, du très bon et du moins bon. Attente

Dimanche milieu de matinée, nous partons vers l'Eglise, sur le parvis de laquelle nous retrouvons nos collègues belges. J'ai ainsi le plaisir de revoir Denis et de faire connaissance des deux Fred's et d'être présenté à Mario, le célèbre "M" de l'embouteilleur M&H. Nous sommes une vingtaine à patienter, attendant l'ouverture des portes.

Quelle délicieuse attente ! Nous découvrons alors les lieux. Un vaste hall d'où part un couloir où sont installés les stands sur lesquels trônent les bouteilles proposées à la dégustation. On ne sait pas où donner de la tête tant il y en a : une quarantaine, toutes plus attirantes les unes que les autres. Il faudra faire des choix.

Mes choix se sont portés sur …
Imperial, Daily Dram 94-07, 46% : fruité boisé avec du cacao, assez simple, très vanillé. Une longue finale. 81
Tomatin 30 ans, JWWW, 76-07, 55%, bourbon cask #2601 : Boisé, fumé, anis, fromage. En bouche, attaque douce puis explosion de fruits et d'épices exotiques. Une longue finale. 90
Littlemill 20 ans, Scott's selection, 84-05, 61,3% : Une découverte. Nez frais, fruité avec du tabac. Une complexité inattendue. Bouche fruitée +++, finale un peu chaude toujours fruitée. Magnifique, un de mes préférés. 89
Bunnahabhain 19 ans, Scott's selection, 84-03, 57,5% : Le nez est fumé, fruité avec des relents de cuir. Il fait "vieux". Bouche : attaque tout en rondeur, tourbe discrète puis expansion en finale avec un accompagnement de fruits blancs et d'agrumes. Très beau. 89
Mortlach 16 ans, Adelphi, cask #5947, 57,5% : Nez ruité, sherry léger, fruits secs. Attaque en bouche un peu sèche, fruits, épices. Un whisky sans défaut mais manquant un poil de personnalité. 86
Dailuaine 28 ans, BBR, 46% : Nez fruité, fumé léger, manquant un peu de complexité (faut dire que passant derrière de CS, il a des excuses). En bouche, attaque douce fraîche et fruitée, floral popuvant faire penser à un Lowland. Un soupçon d'épices. 84
Clynelish 10 ans, TWE sherry butt #2428, 59,6%, The single malts of Scotland, 666 bt : Nez fortement sur le sherry, boisé, animal. C'est une "brute". En bouche, attaque nette, bois, noix, réglisse, crème. Petite amertume. Finale longue ++ puis lente extinction des arômes. Une note fumée. Très équilibré. 87
Dallas Dhu 24 ans, DT, cask #387, 81-05, 58,3%, Rare auld, bt 326/523 : Le nez boisé +++, vanille. En bouche, attaque limite agressive. Finale longue, vanillée et très amère. J'adore ! 87
Pulteney 28 ans, DT, cask #3077, 58,6%, Rare auld, bt 143/204 : Nez EXPLOSIF tant il est puissant, médicinal, iodé, salé, caramel. En bouche, attaque presque agressive, très épicé et marin. Finale longue, superbe équilibrée. Âmes sensibles, s'abstenir. 89
Glenfarclas 40 ans, Scott's selection, 65-05, 48,5% : Nez sur un sherry net, fruits, citron, bois, banane. Attaque toute en puissance maîtrisée, en finesse. Ne se livre pas facilement, peut paraître trop sherry au premier abord mais requiert du temps pour que se révèlent toutes ses dimensions. Magnifique. 91
Scapa 13 ans, DL-OMC, 93-06, 50%, refill hogshead #DL1375, 348 bt : Marin, salé, fruité, et encore marin. Nettement vanillé. 83
Glencadam 16 ans, Dewar Rattray, 90-07, 59,7%, bourbon cask #5980, 271 bt : Nez crémeux et viandeux. En bouche une attaque trop alcooleuse casse le reste. Je suis déçu. 81
Highland Park 18 ans, Dewar Rattray, 89-07, 53,5%, bourbon cask #1913, 241 bt : Nez sur le cacao, la bruyère et l'iode. Indubitablement marin mais avec une dimension chaude en plus. En bouche, attaque nette, fumée, salé et café. Finale longue, qui monte en puissance sur des notes vanillées et marines. 86
Highland Park 18 (19 ?) ans, Scott's selection, 85-04, 54% : Nez d'abord sur les agrumes, le sel puis la vanille. En bouche, attaque tout en douceur et en finesse, très expressive, salée. 85
Port Ellen 24 ans, Acorn, 82-07, 55,6%, embouteillage spécial Japon. Sherry, sherry et sherry, puis de la tourbe et du fumé, pain d'épices, le vrai, pas l'industriel. En bouche attaque superbement équillibrée puis à nouveau sherry, bois, vieux cuir. Finale : enfin la tourbe et le fumé peuvent s'exprimer. je ne suis pas trop fanatique de ce genre d'expression où le sherry masque presque tout, même si c'est la tourbe qui est cachée. 86
Clynelish 34 ans, TWE, 72-07, hogsheads #20156/24651, The single malts of Scotland, 409 bt : Nez sur la réglisse, le fruit, la crème, la menthe. Attque fumée en bouche et finale longue, douce, ronde et moelleuse. Superbe. 89

Je dois dire qu'une des caractéristiques de ce salon était son caractère détendu et amical. Un grand respect régnait aussi bien du côté des exposants qui n'hésitaient pas, pendant quelques instants, à laisser vides leurs stands, que pour les participants qui respectaient les produits et leurs qualités. Des efforts communs pour trouver une langue commune. J'ai ainsi entendu des conversations en français, en anglais, en néerlandais et probablement en allemand (pas mal pour une trentaine de personnes !). Cependant une grande disponibilité de la part de chacun aussi permettait un échange très enrichissant.

M. van Zuylen et JM Putz, grands ordonnateurs de cette dégustation avaient préparé, dans le hall attenant, des rôties, des sandwiches, du café… tout ce qu'ils pouvaient faire pour nous rendre la dégustation pus agréable.

L'heure du départ ayant sonné, c'est avec un grand regret que nous devons laisser ces lieux et leurs hôtes si accueillants.

Ce bref compte-rendu ne donne qu'une idée imprécise du déroulement du WE, où le whisky, notre facteur de rassemblement n'était jamais bien loin, que ce soit dans les conversations ou les verres. La disponibilité de JM, le sourire de van Zuylen resteront comme de très bons souvenirs.

Alain

Un grand merci à Antoine, du club toulousain des Passionnés du malt, pour son autorisation de reproduire ici certaines de ses photos.

Retour à  l'écran précédent