Soirée du 20 novembre 2010

Thème


Miltonduff

Flacons dégustés


Miltonduff 1999 - 2008, Jean Boyer, 43.0 % abv, Gifted stills


Miltonduff 12 ans (emb. 1993), OB, 43.0 % abv


Miltonduff 18 ans (1991 - 2009), OB, 51.3 % abv


Miltonduff 27 ans (1980 - 2007), Dewar Rattray, 51.9 % abv (241 bt.)


Miltonduff 20 ans (1978 - 1998), Moon Import, 53.0 % abv, Horae Solaris (bt n° 265 / 720)


Miltonduff 1996 - 2007, Gordon & MacPhail, 60.9 % abv, Cask

Ont participé


André

Alain

Gérard

Le résumé

Une soirée avec un effectif qui se réduit comme une peau de chagrin. Certes le programme n'est pas des plus alléchants, cette distillerie n'ayant pas une bonne presse (ce qui ne veut pas dire qu'elle en a une mauvaise)

Six bouteilles au programme :
1999 - 2008, Jean Boyer, 43.0%, Gifted stills
12 ans (emb. 1993), OB, 43.0%
18 ans (1991 - 2009), OB, 51.3%
27 ans (1980 - 2007), Dewar Rattray, 51.9% (241 bt.)
20 ans (1978 - 1998), Moon Import, 53.0%, Horae Solaris (bt n° 265 / 720)
1996 - 2007, Gordon & MacPhail, 60.9%, Cask

Une dégustation en parallèle, suggérée par Gérard qui s'est révélée fort intéressante.

  • Jean Boyer, pâtissier, fruité, minéral propre et bien fait. Il m'a servi de référence tout au long de la soirée et s'est avéré le plus stable.
  • 12 ans : un peu plus fondu que le Jean Boyer, même gamme de flaveurs et saveurs mais une âpreté désagréable en finale. C'était l'ouverture de la bouteille, des doutes sur ces capacités d'amélioration avec le temps.
  • 18 ans OB : au premier abord : rien. Avec de l'aération : presque rien. Le zéro de la soirée.
  • 27 ans DR : enfin un whisky qui mérite de l'attention. Fruité et gras, un zeste d'acidité qui apporte de la fraicheur. Belle finale sur l'amertume.
  • 20 ans Moon : toujours la même gamme d'arômes, le fumé et le minéral sont plus présents. Une complexité que les autres n'avaient pas. Une très belle finale qui laisse passer - enfin - de timides notes de sherry. Sans doute une évolution plaisante en perspective.
  • GMP 1996-2007 : pouah ! un jeune sherry sur le caoutchouc brûlé, agressif et sans rien derrière. Très âpre.

En raccourci : Miltonduff est une distillerie dont on peut se passer et les meilleurs ne sont pas forcément ceux attendus.

Jean Boyer : la valeur stable du panel, pas le complexe mais de loin le plus plaisant.


Retour à  l'écran précédent