Soirée du 23 mai 2009

Thème


Les produits de Raymond

Flacons dégustés


Bladnoch 6 ans (emb. 2008), OB, 57.3 % abv


Bladnoch 6 ans (emb. 2008), OB, 58.5 % abv


Bladnoch 6 ans (emb. 2008), OB, 56.9 % abv


Caol Ila 25 ans (1983 - 2008), Bladnoch, 53.2 % abv


Glen Grant 27 ans (1980 - 2008), Bladnoch, 51.6 % abv (bt n° 137 / 161)


Linkwood 17 ans (1991 - 2008), Bladnoch, 54.1 % abv (bt n° 101 / 261)


Port Ellen 24 ans (1982 - 2006), Bladnoch, 60.4 % abv (644 bt.)


Port Ellen 25 ans (emb. 2007), Bladnoch, 58.1 % abv (638 bt.)

Ont participé


Alain

Christophe W.

Laurent

Norbert

Xavier

Le résumé

Nous avions l’immense privilège d’être convié dans une grande maison, pas loin d’être finie, mais déjà accueillante. Xavier nous recevait dans sa nouvelle maison ; au programme du Raymond, du Raymond et encore du Raymond, que ce soit sous la forme de sa production ou des ses embouteillages.

Nous débuterons la soirée par une série de trois Bladnoch 6 ans, distillés en ou vers 2002 et ayant trois caractères différents.

Pour commencer un Bladnoch 6 ans bourbon cask : assez intéressant pour un si jeune whisky, prometteur mais pas manifestement pas encore mature. Assez plaisant finalement.

Bladnoch 6 ans lightly peated : j’attendais de voir ce que donnerait la tourbe sur un Lowlands, qui plus est un jeune. Elle est présente, réelle mais juste assez faible pour ne pas écraser le reste. Par contre l’alcool en finale est dominateur. Intéressant ici aussi. Mais bien que le premier ait été plaisant, celui-ci ne me l’est guère.

Bladnoch 6 ans sherry matured : Ici aussi, le whisky témoigne d’une maîtrise de la production, car le sherry n’est pas trop présent, mais juste ce qu’il faut pour donner de l’amertume au whisky. Agréable.

Nous passons ensuite aux embouteillages que Raymond réalise pour son forum, généralement de belle tenue, sa sélection de fûts étant recherchée.

Nous nous ruons alors comme un seul homme sur les zakouski préparés par Xavier, comme ci nous n’avions rien mangé depuis la veille.

Glen Grant 27 ans, manifestement un sherry cask. La bouche est en deçà du nez et de la finale à cause d’un alcool trop présent. Un beau fruité, assez riche sur un tapis de sherry, se mettant mutuellement en valeur.

Mystery Malt : n’ayant pas pris de notes, pas de commentaires ! Il s’agit en fait d’un Linkwood.

Port Ellen fût 2461 : Un fond de bouteille, le nez est cartonneux. Bien qu’on y retrouve le sherry, la tourbe et les agrumes, il n’est que le pâle reflet de sa grandeur passée.

Port Ellen fût 2036 : ici non plus pas pris de notes. Mon souvenir est que la tourbe y est ultra-dominatrice et je ne peux donc apprécier ce whisky.

Bref une soirée intéressante, en tant que découvertes, pas nécessairement par la qualité des produits dégustés. Une belle tenue certes mais pas de whiskies exceptionnels. Mais je dois admettre qu’il est difficile de redescendre sur terre quand on a goûté au divin.

Les jeunes Bladnoch sont très prometteurs, de même que le Glen Grant et le Linkwood. Je suis plus réservé sur les deux Port-Ellen, sans pour autant leur nier de belles qualités intrinsèques.

Mes préférés ? Le Bladnoch sherry, le Linkwood et le Glen Grant, puis le Bladnoch bourbon.

Alain


Retour à  l'écran précédent