Soirée du 3 mars 2007

Thème


A la découverte de Bowmore

Flacons dégustés


Bowmore Legend, 8 ans, OB, 40.0 % abv


Bowmore 10 ans (1996 - 2006), Berry Bros. and Rudd, 46.0 % abv, John Milroy Selection


Secret stills 4.2, 16 ans (dist. 1989), Gordon & MacPhail, 45.0 % abv


Bowmore Mariner, 15 ans, OB, 43.0 % abv


Bowmore 12 ans (1991 - 2003), Hart Brothers, 46.0 % abv


Bowmore 16 ans (1989 - 2006), OB, 51.8 % abv


Bowmore 17 ans (1989 - 2006), Scotch malt whisky society, 56.9 % abv (331 bt.)


Bowmore 16 ans (1984 - 2001), Cadenhead, 60.7 % abv

Ont participé


Alain

Christian

Christophe W.

Georges

Laurent

Norbert

Xavier

Le résumé

Ce soir-là nous étions convenus de partir à la découverte de Bowmore. Au programme des versions jeunes et des moins jeunes. Du pain et des rillettes nous ont servi d'amuse-gueules et nous regrettons l'absence de David.

Chacun ayant un couple de verres, les dégustations avaient lieu deux par deux.

Nous commençons avec le Legend et le John Milroy. A la différence de tout le monde, j'ai trouvé que le John Milroy était largement supérieur au Legend jusqu'à ce que je m'aperçoive que j'avais interverti les deux verres ! Le Legend est plutôt une belle surprise.

Suivent le Secret Stills 4.2 et le Mariner : Deux bons flacons, en particulier le premier (le Secret stills) qui a l'énorme chance de ne pas ressembler à un Islay, tant il est peu tourbé. Je pense qu'on aura compris que la tourbe n'est pas ma tasse de thé et loin s'en faut.

Première pause cigarettes. D'une manière générale, je regrette la dichotomie qui s'installe entre les consommateurs et les non-consommateurs de tabac. Les fumeurs commencent un peu à m'irriter, à force de faire preuve d'un ostracisme à l'encontre des non-fumeurs en leur interdisant de participer à leurs effluves, y compris et en particulier lorsque qu'un hôte met à leur disposition un cendrier et les prie de ne pas sortir pour fumer. Peu importent les raisons. Et pourtant je suis un ex-fumeur.

Cette pause a cependant un mérite : Laurent ayant apporté un sample de Lagavulin 13 ans JWWW, nous en profitons pour le goûter : Très beau whisky mais encore moins à mon goût que les précédents Bowmore tant il est tourbé.

On reprend ensuite avec le Hart Brothers et le Natural cask Strength. Une énorme déception pour le HB qui m'avait laissé un bien meilleur souvenir lors de mes précédents essais : Cette fois-ci je l'ai trouvé pas loin de la fadeur et de la platitude. Par contre le Natural cask strength est superbe de richesse d'équilibre et de complexité.

On continue avec ce qui aurait dû être les dernières bouteilles, le SMWS et le Cadenhead. Déjà l'avant-veille, il avait été difficile de les départager. Ce soir encore : tous deux riches, fumés, avec une violette très présente, amples. Je donne finalement un léger avantage au Cadenhead qui est plus parfumé, plus fruité.

Deuxième pause cigarettes. Et les fumeurs de nous héler pour aller contempler l'éclipse de lune qui débute. Le temps étant clément, nous en profitons pour aller nous planter, le nez au ciel dans le jardin en attendant que l'éclipse soir complète. Je profite de cette demi-heure pour faire découvrir à Xavier du foie-gras cuit au four micro-ondes. Je dis aux sceptiques, adeptes de la tradition et autres orthodoxes d'attendre d'avoir goûté avant de critiquer.

Ça y est, il est 22h44 et la lune change de couleur. Nous retournons en salle de dégustation et deux échantillons que Jean nous a envoyés nous tendent les bras : Un Glenmorangie Artisan Cask et un Ardbeg Airigh Nam Beist, tous deux réduits à 46% et non filtrés à froid. Je me satisfais, pour ma part, du Glenmorangie ayant eu mon content de tourbe pour la soirée. Il n'y a pas à dire, je préfère ! Je retombe dans un univers qui me convient, plus raffiné et subtil, moins agressif et tout aussi enchanteur. Que du bonheur ! Je revis !

Nous nous séparons sur la promesse de nous retrouver prochainement autour de flacons issus des Northern Highands.

En conclusion, je ne peux pas dire que j'aie été enchanté des flacons dégustés, hormis le Glenmorangie, mais celui-ci était en marge de la dégustation. Idem pour le Lagavulin. Bref Bowmore reste toujours pour moi aussi hermétique. Non pas que je ne reconnaisse pas que les flacons sont bons, mais je n'apprécie pas ce genre de whisky. Et pourtant je suis certain qu'il existe de grandes et belles choses sortant de cette distillerie.

Mes préférés ? Le Cadenhead d'abord et ensuite le Secret Stills, le Natural Cask Strength et le SMWS au même niveau.

Alain



Tout d'abord merci au GO pour l'hébergement et la visibilité sur la lune.
Sur le plan amical, cette soirée est passée à une vitesse folle, en bref que du bonheur.
Sur le plan du whisky...
Nous avons dégusté un nombre important de whiskies, de 7 à 10 selon les participants.
Avec beaucoup de Bowmore, un Glemorangie, un Ardbeg et un échantillon d'Islay de Whisky Doris.
Après examen de mes notes (Je me suis fait offrir un cahier, donc elles sont plus dures à perdre ;-) ) et la consultation de ma mémoire olfactive, mon trio bowmorien est le suivant :
1/ Cadenhead (87/100)
2/ Milroy (85/100)
3/ OB 16 ans (84/100)

Christophe



Alain nous a accueilli chez lui pour cette soirée.
La verticale était composée de 7 flacons 3 officiels et 4 indépendants.
Ce qui devrait nous permettre de nous faire une image représentative de la distillerie.
De tous les flacons il ressort un goût de violette très marqué sur les versions brut de fut, Cadenhead, SMWS et OB 16Y.
La fumée reste une constante sur la plupart des flacons ; l’iode est également souvent présent.
Les flacons qui méritent le détour sont pour moi le Legend, un bon flacon d’entrée de gamme.
Le John Milroy, très fumé, est vraiment droit.
Des 3 bruts de fût, l’OB 16Y me semble au dessus du lot avec une finale bien présente.
Les grosses déceptions furent Hart Brothers 12Y , Mariner 15Y et Secret stills 4.02.
Ces 2 derniers avaient été ouverts récemment, je les retesterai.
Toutefois, au vu des notes que j’avais aperçues sur ces 2 whiskies, je suis très déçu.
Mon sentiment général après cette dégustation est un petit mouais ….
C’est pas mal mais bon à part le 16Y officiel rien ne m'a vraiment emballé.

Laurent


Retour à  l'écran précédent