Soirée du 18 novembre 2006

Thème


Islay (2)

Flacons dégustés


Bruichladdich Links St Andrews Swilcan Bridge, emb. 2005, OB, 46.0 % abv


Ardbeg 10 ans (1993 - 2003), Gordon & MacPhail, 40.0 % abv, Connoisseurs choice


Caol Ila 10 ans (1996 - 2006), Ian McLeod, 43.0 % abv, Chieftain's Choice (1320 bt.)


Caol Ila 18 ans, OB, 43.0 % abv


Smoking Islay NAS, Blackadder, 55.0 % abv


Bunnahabhain 8 ans (1997 - 2006), Scotch malt whisky society, 58.4 % abv (892 bt.)

Ont participé


Alain

Christophe W.

Georges

Laurent

Xavier

Le résumé

Ce soir, comité restreint puisque nous n'étions que 5 : Laurent, qui nous recevait, Christophe, Georges, Xavier et votre serviteur.

Xavier avait amené son PC et a projeté durant la soirée les photos qu'il avait faites lors de son dernier voyage à Islay. Histoire de nous mettre dans l'ambiance.

On commence par les échanges de bouteilles commandées et de samples restant de la soirée Jean Boyer.

Au programme, la suite de la soirée du 13 mai 2006 consacrée aux Islay. On persévère dans la tourbe et le fumé !

Georges étant au régime, un plateau de rôties au saumon lui avait été spécialement préparé ; son régime lui interdisant la farine, il ne mangera que le saumon, s'amusant à empiler les rondelles de pain de mie en un château instable. Le pauvre ! Comme en plus il n'avait pas le droit d'avaler la moindre goutte d'alcool, c'est bien le seul plaisir qui lui restait… mais nous y reviendrons.

Nous autres, avions droit à des rôties en bonne et due forme, ainsi que des biscuits apéritif, faits maison.

En starter, Laurent nous présente une coupelle garnie de brindilles séchées : Du thé fumé. Nous avons donc commencé par une boisson chaude, qui était remarquable, aussi bien de manière intrinsèque qu'en introduction.

Pour commencer, le Bruichladdich links : Une introduction agréable, tourbée, fumée, plus fumée que tourbée, mais qui ne laissera pas un souvenir impérissable. De même que l'Ardbeg 10 ans GMP : Celui-ci a quelque chose à dire : "je suis tourbé", il le dit sans faire de ronds de jambe et puis s'en va.

Le Caol Ila 10 ans Ian McLeod Chieftain's choice : On monte d'un cran. Cette bouteille confirme la bonne impression que j'ai de cette série. Et encore un palier au dessus avec le Caol Ila 18 ans OB. Celui-ci je ne m'en lasse pas : toujours aussi riche, complexe et, heureusement, pas trop tourbé.

Le Smoking Islay, une des premières (et, j'espère, pas des dernières) bouteilles achetées auprès d'Emmanuel. Agréable à tous les niveaux, mais manquant d'unité : on a l'impression d'avoir affaire à trois différents whiskies selon que l'on le hume, le goûte ou se le rappelle.

Pour terminer le Bunnahabhain SMWS : Riche, vif de ses 8 ans, fort de ses 58,4% et fier de ses origines, il ne laisse pas indifférent. A tel point que Georges, pourtant au régime sans alcool, s'en ressert une grosse larme (qu'a-t-il fait de la première ?).

La soirée se termine sur une synthèse de nos préférés :
Laurent : Bunnahabhain, Caol Ila 18 ans et Caol Ila 10 ans
Xavier et Christophe : Caol Ila 18 ans, Caol Ila 10 ans et Smoking Islay
Georges : Caol Ila 18 ans, Bunnahabhain et Caol Ila 10 ans
Alain : Caol Ila 18 ans, Bunnahabhain et Smoking Islay

Une question qui nous a taraudé durant la soirée : Quels sont les avantages respectifs des OB et des embouteilleurs indépendants ?

Nous nous séparons sur une question à propos de la prochaine soirée : Les whiskies étrangers. Je précise qu'il s'agit en fait des non écossais. Mais reste-t-on sur les single malts, ou s'autorise-t-on des whiskies de grain ou … ?

Alain



Cette soirée que je qualifierais de tranquille a été sympa et eut lieu en petit comité (Alain, Georges, Laurent, Xavier et votre serviteur). Le premier point fort de la soirée a été le défilement des très belles photos prise à Islay par Xavier.

Là, tout de suite je me demande pourquoi j'ai oublié d'amener ma banquière et un agent de voyage...
Comme disent les enfants "c'est quand qu'on part..."

Bon, venons-en au sujet principal de la soirée, les whiskies dégustés :
- Bruichladdich links : un de mes flacons, je ne serai peut-être pas objectif ;-)) J'aime assez (ça tombe bien), même s'il faut en convenir, ça n'est pas le whisky de l'année
- Ardbeg 10 ans GMP : sympa mais manque sérieusement d'arguments face à un Ten officiel
- Caol Ila 10 ans Ian McLeod Chieftain's choice : les choses sérieuses commencent, voici un Islay comme je les aime
- Caol Ila 18 ans OB : la grande classe, que c'est bon...
- Le Smoking Islay : une bonne surprise
- Bunnahabhain SMWS : plutôt un bon souvenir

Comme déjà écrit par Alain, mon trio est le suivant :
- Caol Ila 18
- Caol Ila 10
- Smoking Islay
Vous n'aurez pas de notes de ma plume : n'étant pas inspiré ce soir là, j'ai en plus égaré mes griboullis.

Enfin pour apporter ma modeste contribution au débat OB/IB voici quelques réflexions tirées de mon expérience perso :
- les OB proposent l'expression standard de leurs distilleries respectives
- les IB sont les aiguillons poussant tout le monde à s'améliorer (pas de filtration à froid, pas de coloration, réduction à 46 plutôt que 40 ou 43, brut de fût...)
- les IB sont parfois le seul moyen d'accéder à certaines distilleries (Ardmore par exemple)
- la qualité est plus constante pour les OB (les IB sont parfois obligés de diffuser des fûts que l'on qualifiera de moyens)
Tout ça pour conclure que je veux le meilleur des 2 mondes.

Christophe


Retour à  l'écran précédent