Soirée du 30 septembre 2006

Thème


Islands

Flacons dégustés


Poit Dhubh 12 ans, OB, 43.0 % abv


Ledaig 10 ans (1993 - 2004), Signatory Vintage, 43.0 % abv (bt n° 37 / 424)


Arran 8 ans (1996 - 2005), OB, 46.0 % abv (6000 bt.)


Tobermory 10 ans (dist. 1995), Murray MacDavid, 46.0 % abv


Jura Superstition, OB, 45.0 % abv


Scapa 12 ans (1993 - 2006), Gordon & MacPhail, 45.0 % abv, Single Cask


Talisker 175th anniversary, OB, 45.8 % abv


Highland Park 18 ans (emb. ca. 2006), OB, 43.0 % abv

Ont participé


Alain

Christian

Christophe W.

David

Georges

Laurent

Norbert

Richard

Xavier

Le résumé

Ce 30 septembre fut une soirée de reprise après nos écharpes, anoraks et grogs estivaux. D'ailleurs lorsque nous arrivons, Christophe, Christian et moi-même, sous une pluie de saison nous trouvons porte close. Après un aller-retour inutile au troquet de base de Richard, celui-ci arrive en bras de chemise
accompagné de Georges dûment vêtu d'un pardessus. Richard nous fait l'honneur de nous recevoir dans sa cave. Il a bien fait les choses : sur sa grande table trois plateaux de sandwiches de charcuterie et de saumon nous tendent les bras.
Xavier nous rejoint peu après; c'est sa première participation.
Au programme, pas de grandes choses, mais un éventail assez large des possibilités que nous offrent les whiskies des îles :
- PD12 comme starter
- Ledaig 10 ans, Cask #123, 43.0%, Signatory Vintage
- Arran 9 ans, First, 46.0%, OB
- Tobermory 10 ans, 46.0%, Murray MacDavid
- Scapa 12 ans, 45.0%, Gordon & MacPhail Single Cask
- Jura Superstition, 45.0%, OB
- Talisker 175th anniversary, 45.8%, OB
- Highland Park 18 ans, 43.0%, OB
Nous débutons alors que manquent encore à l'appel David et Norbert qui nous rejoindront un peu plus tard. Nous commençons donc avec le PD12. Qu'es acò ? PD est l'abréviation du Poit Dhubh (prononcer potch ghoo) et le 12 vaut pour 12 ans. Les seuls mots que j'arrive à lire sur le flacon, écrit en gaélique, sont "scotch malt whisky", "uisge beatha" et Skye. Avec ça je suis bien avancé. Je vais donc faire quelques recherches. D'ailleurs c'est tout ce que mérite ce flacon : Rien en bouche, rien en finale et à peine plus au nez.
Suit le Ledaig avec une expérience inédite, en tout cas chez nous : L'absorption par le nez. Le résultat n'ayant pas été concluant, il n'y aura pas de deuxième essai. Frais et agréable, il se sentira aussi à l'aise avec des Lowlands qu'en apéritif, mais ne laissera pas un souvenir impérissable.
Nous poursuivons avec l'Arran. Marin et épicé. C'est bien un îlien.
Le Tobermory. Rien à voir avec le Ledaig. Gourmand et un poil tourbé. Si, si ! C'est bien sur celui-ci que j'ai senti la tourbe. Fruité, agréable et léger. Bon ! Quand attaquons-nous les choses sérieuses ? Jusqu'à présent rien de vraiment exceptionnel, ni même bon. Tout juste moyen.
Le Jura et le chocolat font alors leur apparition. Georges nous dote de chocolats divers et variés : à l'orange, au café … La première bonne surprise : subtil, parfums fondus, bel assemblage de flaveurs.
On continue avec le Scapa. Etonnamment frais. Même si d'aucuns sont déçus, l'aération lui donne une dimension supplémentaire. Netteté et harmonie. C'est un whisky qui ne triche pas.
Le Talisker est aussi une belle chose. Différent de mes souvenirs, il a gagné en maturité ce qu'il a perdu en spontanéité et vivacité. Subtil et complexe, typé.
On termine avec le HP18. On en attendait tous beaucoup. Nous avons tous été déçus. Une belle bouteille certes, mais qui ne mérite pas tout le battage qu'on en a fait. A moins que nos nez et palais fatigués n'aient pas été en mesure de le jauger à sa juste valeur. Un mélange sucré-salé sur une base d'iode et de miel. Il me plaît bien mais sans que je tombe à genoux devant.
La soirée s'achève sur la promesse de se retrouver sous trois semaines pour notre prochaine dégustation.
Mes préférés : D'abord le Talisker 175th anniversary, ensuite Jura superstition, HP 18 et Scapa sans que j'arrive à départager ces trois-ci.

Alain


La déception de la soirée a été pour moi l'Arran First : je n'avais pas l'impression de déguster un membre de la famille que j'avais connu au whisky live. Peut-être aurait-il fallu le réduire avec un peu d'eau.
Cela dit, pour être sûr, je vais quand même acheter un 100 proof ou un 10 ans, car je les ai bien aimés au live.

Une relative déception : l'Highland Park 18 ans. Ayant possedé et apprécié ce flacon, j'en attendais monts et merveilles. C'est bien un HP, mais il était un peu agessif. Peut-être est-ce au fait que la bouteille a été ouverte hier soir seulement. 16.5/20.

Les bon moments de la soirée ont été :
- Jura Superstition : de la tourbe et du café au nez, des amandes en bouche, la finale est juste un poil courte. En plus, l'association avec le chocolat avec des pépites de café est superbe (merci Georges) 17/20
- Scapa : différent de mes souvenirs, plutôt agréable 16.5/20
- Talisker 175 : un bon air de famille avec ses frères, avec de l'iode, des épices, des agrumes. La finale est fumée, mais un peu courte. 17.5/20

Mon trio est donc :
1- Talisker 175
2- Jura Superstition
3- à égalité : les orcades

Merci encore à Richard qui nous a gentillement accueilli.

Christophe


J'ai trouvé la soirée de dégustation très sympa. J’apprécie le concept de la dégustation, l’ambiance et les gens présents.
Mon avis sur les whiskies est très légèrement différent de ceux d'Alain.

J’ai vraiment très apprécié le Highland Park 18 ans. Pour moi Highland Park reste le single malt des Orcades avec son goût très personnel. Il est vrai que l’on peut être déçu par le 18 ans lorsqu’on connaît le 12 ans (on s’attend à mieux), mais cela n’empêche que son goût mielleux, floral, boisé et légèrement tourbé reste un vrai petit bonheur.

En revanche je suis totalement d’accord avec Alain que le Isle of Jura « Superstition » fut une véritable surprise. Je pense que c’est le meilleur rapport qualité prix de la soirée. Sa couleur ambré par le sherry, son aspect huileux, son goût de café et son côté salin d’un whisky des îles était un vrai plaisir. De plus il est vrai que l’expérience du mélange subtil whisky et chocolat était une découverte pour moi.

Le Talisker 175 reste un whisky de référence. L’amorce du nez sur ce single malt annonce un délice en bouche. L’immersion buccale par ce scotch révèle de doux parfums maltés subtilement poivrés.

Pour le reste, je ne fus que déçu, mais au moins j’ai fait des découvertes (cela est toujours bien). Le Poit Dhub 12 était vraiment plat. Surtout connaissant le 21 ans qui est tellement particulier avec son goût mielleux et épicé.

Mon classement :

  1. Talisker 17/20
  2. Highland Parc 16.5/20
  3. Jura 15/20

Xavier


Retour à  l'écran précédent