Soirée du 8 avril 2006

Thème


Finitions

Flacons dégustés


Longmorn 15 ans, OB, 45.0 % abv


Glenmorangie NAS, OB, 43.0 % abv, finition Bourgogne


Dufftown 10 ans (1993 - 2004), Murray MacDavid, 46.0 % abv, finition Syrah


Clynelish 14 ans, Murray MacDavid, 46.0 % abv, finition Condrieu


Arran 10 ans (1995 - 2005), OB, 59.7 % abv, finition Saint-Estèphe (bt n° 233 / 313)


Edradour 10 ans (1995 - 2005), Signatory Vintage, 56.8 % abv, Straight from the cask, finition Sauternes (442 bt.)


Laphroaig 17 ans (1988 - 2005), Douglas Laing, 50.0 % abv, Old malt casks, finition rhum

Ont participé


Alain

Christian

David

Delphine

Emmanuel

Gilles

Georges

Norbert

Le résumé

Nous y voilà : rendus dans les hauteurs profondes du nord de la Moselle, chez Delphine et David, à deux jets de pierre de la frontière luxembourgeoise. Un rythme de croisière commence à s'installer puisque les effectifs croissent : Outre le trio déjà présent la première fois, Delphine notre hôtesse, Georges, Gilles et Norbert nous rejoignent, ainsi qu'Emmanuel, négociant en vins et whiskies de son état. Nous sommes donc 8 autour de la table, à partager les victuailles apportées par Norbert et Georges. Et un petit neuvième, l'héritier de nos hôtes, nous tient compagnie en début de soirée.

Au programme de cette soirée, les finitions. Moi, qui suis un fervent opposant à ce type de produits, je me vois réduit à les tester pour me forger une autre opinion. Dure tâche. Notre starter est un Longmorn , agréable, malté, boisé. Excellent pour une mise en bouche en douceur. Suivent ensuite un Glenmorangie Bourgogne et un Dufftown Syrah qui me confortent dans mon idée. Suit alors un Clynelish Condrieux et là, on est à la porte d'une autre dimension. Nos papilles commencent à se réveiller. On passe réellement aux choses sérieuses avec l'Arran Saint-Estèphe. Une découverte. Que dis-je ? une révélation. Autant le First m'avait paru correct, mais ordinaire, autant celui-ci sort de l'ordinaire, et ceci est encore souligné par le fait que c'est le premier cask strength de la soirée. Suit un Edradour Sauternes. Là aussi un coup ! Mais à cause de son caractère alcooleux qu'une goutte d'eau suffit à mater. Il se révèle alors, le bougre, d'une nature chaleureuse et vivante. Nous finissons le thème de la soirée avec un Laphroaig rhum. Une apothéose. Deuxième révélation de la soirée : Un caractère affirmé marqué mais suffisamment rond pour savoir se faire accepter. Selon moi, le meilleur de la soirée.

Celle-ci ne s'achève pas pour autant. Emmanuel nous régale de quelques unes des bouteilles extraites de sa cave, tel un Inchgower 29 ans Hart Brothers ou un Balmenach 18 ans, du même embouteilleur ou encore un Bowmore 12 ans, toujours chez Hart Brothers.

Nous finissons par quitter nos hôtes pour regagner nos domiciles respectifs et méridionaux.

En guise de conclusion, mes préférés ont été le Laphroaig finition rhum et l'Arran finition Saint-Estèphe, avec une mention pour le Clynelish finition Condrieux. J'ai nettement moins accroché aux Dufftown finition Syrah et Glenmorangie finition Bourgogne. Bref, je ne suis toujours pas convaincu par les finitions, même si j'admets que certaines peuvent avoir du panache.


Retour à  l'écran précédent